Son plan… en dépit de la souffrance !

Dieu au-dessus de tout !

Je viens de terminer une formation d’accompagnateur spirituel avec l’association Compagnons de route. J’ai le sentiment de terminer un cycle important de ma propre vie spirituelle, de mon ministère, commencé il y a 13 ans. Savoir comment Dieu m’a dirigé et conduit pourrait vous encourager : témoignage !

Invité aux USA

En 2008, je suis invité aux USA par Leigthon Ford, afin de rejoindre la communauté internationale de mentors qu’il anime. J’envisage ce voyage comme une étape particulière dans ma vie spirituelle et de mon ministère. Je suis très exité à l’idée de ce voyage avec Raphaël Anzenberger. Il sera mon traducteur dévoué. Nous devons partir au lendemain du week-end de Pentecôte.

Martine, mon épouse, n’est pas bien. Elle souffre d’une diverticulite, et a été placée sous antibiotiques afin de limiter l’infection et permettre une intervention chirurgicale à froid

À l’occasion de ce week-end je suis invité comme orateur à un grand rassemblement évangélique, dans le Nord Alsace, connu sous le nom de REPAN.

Passez par la case Urgences !

Samedi matin : nous téléphonons à un ami chirurgien spécialiste en chirurgie digestive ; la fièvre et les douleurs de ma femme ont augmentées . Sa réponse est sans équivoque :  – Rendez vous sans tarder aux urgences, cette situation peut être dangereuse ! L’urgentiste qui accueille ma femme, confirme que son état est sérieux, qu’elle doit être hospitalisée pour un traitement  d’antibiotiques par intraveineuse pour juguler cette crise. Je pars donc seul un peu déboussolé pour prêcher à ce rassemblement.

Abandonne ton projet

Ma femme est autorisée à quitter l’hôpital lundi après-midi, la fièvre est tombée, elle doit attendre son opération. Mais elle est épuisé : l’infection, le stress… dans la voiture elle me déclare : – Chéri, je ne peux pas envisager que tu partes demain pour les USA. Je suis trop faible, je n’ai plus de forces. J’ai besoin de toi à mes cotés. Moi qui attendait avec tant d’impatience et d’avidité ce voyage. Le ciel me tombe sur la tête ! Sur le chemin du retour nous nous arrêtons chez mon mentor. Il me confirme : – Alain il faut savoir faire le bon choix, ta femme a besoin de toi. Tu dois renoncer à ce voyage. J’accepte cette évidence, mais je suis frustré ! De retour chez nous mon épouse s’allonge, je m’isole dans mon bureau pour digérer ma frustration et déverse mon coeur devant Seigneur.

Plutôt ce que Dieu veut

Vers 19h00 Martine m’appelle : – J’ai réfléchis, j’ai prié, je crois que Dieu veut que tu partes aux USA. Je ne serais pas opérée avant plusieurs semaines. Je n’ai pas la force de t’aider, mais fais tes bagages, appelle ton mentor qu’il te conduise à l’aéroport demain matin. Je suis partagé, et déstabilisé. L’ascenseur émotionnel joue “les grand huit” ! Mais je me prépare tout de même. Et le coeur déchiré, je pars le lendemain matin très tôt.

Arrivé aux USA j’apprends que Martine a été à nouveau hospitalisée. Les médecins préfèrent la garder en observation, l’infection a repris. Je suis déstabilisé, je me sens coupable. Mais Martine me rassure alors que nous parlons par téléphone : – Profite de ce temps maintenant que tu es là-bas ! Je ne risque rien là où je suis. Et Dieu a conduit ainsi ! Je dois lâcher prise : confier ma femme au Seigneur et me rendre disponible pour ce qu’il a prévu pour moi ! Pas simple il est vrai ! Martine sera finalement opérée début juin.

Je n’entends pas Dieu !

Le premier jour, sur le programme de cette retraite figure : « promenade contemplative » Qu’est-ce que c’est que ce truc ? – Vas-y tu verras bien ! me répond Raphaël 

Je suis au rendez-vous très impatient et curieux. Leignthon explique la règle. – Nous allons monter sur une colline, nous prendrons un temps  sous un kiosque et redescendrons. Et autour du petit-déjeuner, nous partagerons ce que nous avons entendu de Dieu

Autour de la table tout le monde à entendu Dieu, sauf moi… Un choc !  Alain y-a-t-il des trous dans la raquette de ta spiritualité ? Le “faire” est-il a ce point dominant dans ta vie que tu ne puisses être attentif à la présence de Dieu ? Franchement j’étais depuis de nombreuses années insatisfait de ma relation avec Dieu. Je désirai plus. Et je priais pour cela. J’aspirais à une vie plus profonde. Qui ne ferait pas appel qu’à mon intellect. Qui m’impacterait d’avantage. Qui satisferait et nourrirait les besoins de mon âme plus complètement. À partir de ce moment j’ai discerné qu’il existait quelque chose de plus et j’ai désiré trouver avec l’aide de Dieu une autre dimension spirituelle, explorer autre chose que je ce que j’avais toujours connu.

La soif de l’âme 

Cette retraite sera le point de départ d’une recherche longue rechercher personnelle. Jalonnée de plusieurs étapes. La plus récente a été cette formation d’accompagnateur spirituel . Un nouvel horizon s’est ouvert, celui du silence de la solitude pour l’écoute de Dieu, de la contemplation, de la prière silencieuse. Je ne suis pas arrivé. Je suis un débutant dans ces disciplines spirituelles. Mais j’y ai gouté, et mon âme y a trouvé sa satisfaction, même si je désire connaitre Dieu et Jésus, toujours mieux. J’ai aussi réalisé qu’une certain spiritualité fondée sur le faire, sur l’hyper-activité, donne certaines satisfactions. Mais pas celles qui étanche la soif de mon âme.

Des rencontres déterminantes

De plus j’ai fait des rencontres magnifiques, lié des amitiés spirituelles formidables ; Martin Sanders – nous déciderons de co-écrire « Multiplier les leaders… » Mary-Kate Morse, Peter Scazzero, Elke et Roland Werner, entre autres. 

Durant cette retraite spirituelle, comme lors de celle de l’année suivante, Dieu donnera, lors de temps d’écoute en groupe des réponses déterminantes pour ma vie de disciple, comme pour mon ministère à venir. Je raconterai cela dans un autre article.

Je veux souligner 

  • Que Dieu répond à notre désir profond de le connaitre de le vivre plus pleinement
  • Qu’il conduit les circonstances à merveille, même si cela peut être au travers de difficultés
  • Que je suis reconnaissant au Seigneur d’avoir entendu mes aspirations et de m’avoir ouvert de nouvelles portes 
  • Le coeur de mon épouse, à l’écoute de Dieu, prête à renoncer à ma présence et mon soutien légitimes… Pour que le plan de Dieu s’accomplisse… Même si nous n’avions pas sur le moment mesuré l’importance de ce qui s’est joué ce fameux lundi de Pentecôte qui a précédé mon départ !
  • En dépit de tout : maintenez votre confiance en Lui et continuez de le chercher de tout votre coeur ! Courage !

Solideo Gloria

Précédent

Suivant