Questions pour alimenter votre dialogue intérieur

Tout va vite. Vous êtes très certainement débordé-e. Vous survivez tout juste à vos responsabilités dans l’Église ou le Royaume de Dieu. Vous êtes pourtant convaincu-e, que vois n’est pas ce que vous défini-e par ce que nous faites, mais plutôt ce que vous arrêtez de faire ! Gordon McDonald met les leaders spirituels au défi de prendre le temps de se poser 14 questions : questions pour alimenter votre dialogue intérieur.

Accordez-vous un temps de silence et de réflexion à l’écoute du Saint-Esprit, soyez béni-e.

1) Quels ont été les beaux moments durant lesquels Dieu a pu se révéler à moi ? Et quels ont été les mauvais moments où le pire en moi ou dans mes circonstances, s’est manifesté ?

2) Que s’est-il passé cette semaine dont je devrai garder le souvenir, que je devrais consigner dans un journal pour que je puisse y revenir et me rappeler la bénédiction (ou la réprimande) de Dieu ? La création d’un journal ressemble à ces autels que Dieu a fait ériger aux Israélites lorsque de grandes choses, dignes d’être rappelées, se sont produites.

3) Quels ont été mes sentiments dominants (et quels sont-ils à l’heure actuelle) ? Y a-t-il eu une prépondérance de la tristesse, de la peur, de la colère, du vide ? Ou bien la joie et l’enthousiasme ont-ils été l’humeur dominante ?

4) Quelles ont été les bénédictions, ces actes de grâce qui me sont parvenus par d’autres directement de Dieu lui-même ? Puis-je exprimer des louanges et des remerciements. Ai-je -ou devrais-je- les écrire elles aussi dans ce journal ?

5) S’est-il passé des choses dont je dois accepter la responsabilité, qui pourrait m’amener à me repentir ? Pourquoi sont-elles arrivées ? Étaient-elles évitables et comment empêcher qu’elles se reproduisent à l’avenir ?

6) Quelles ont été les pensées qui ont dominé mon temps de réflexion de leader ? Des pensées nobles ? Des pensées d’évasion qui me détournent des questions plus importantes ou plus difficiles ? Des pensées superficielles qui ne mènent nulle part ?

7) Est-il possible que je vive dans le déni de certaines réalités ? Des critiques douloureuses, un travail bâclé, des habitudes qui me blessent et blessent les autres ?

8) Y a-t-il des rancœurs ou des mauvais sentiments à l’égard d’autrui qui ne sont pas réglés, non pardonnés ?

9) En tant que leader, lorsque je suis en compagnie de mon conjoint, de mes enfants, de mes amis, de mes collègues : suis-je une personne agréable à côtoyer ? Les gens sont-ils stimulés, élevés, enthousiasmés lorsque j’entre dans la pièce ? Comme quelqu’un l’a observé, « Certaines personnes apportent de la joie où qu’elles aillent ; d’autres apportent de la joie quand elles s’en vont. » Lequel des deux suis-je ?

10) Qu’est-ce que Dieu essaie de me dire aujourd’hui ? Par les Écritures ? Par d’autres lectures ? Qu’a-t-il dit à travers ceux qui font partie de mon cercle intime de relations ? Par les critiques ? Quelles intuitions tourbillonnent dans les parties les plus profondes de mon âme ? Lesquelles doivent être rejetées et lesquelles doivent être cultivées ?

11) Quelles sont les possibilités dans les heures à venir ? Où pourraient se trouver des embuscades qui mettraient en cause mon caractère, ma réputation, mon bien-être ?

12) Quelles sont les choses que je pourrais faire et dire qui feraient que les personnes de mon cercle intime se sentent plus aimées et appréciées ?

13) Suis-je attentif aux personnes socialement maladroites, aux pauvres, aux souffrants, aux opprimés ? Dans mon cercle comme dans le monde en général ? Comment est-ce que je perçois les évènement du monde : est-ce que je les regarde avec la lentille de la perspective biblique ?

14) Quelles mesures spécifiques vais-je prendre aujourd’hui pour améliorer ma croissance en tant que disciple de Jésus ?

Conclusion :

Quelle(s) question(s) vous a le plus interpellé-e, et pourquoi ?

Précédent