Q&R : Comment trouver un.e mentor ?

Question

J’ai décidé de suivre Jésus à l’âge de 13 ans. La grande question d’entrer dans les projets de Dieu pour ma vie s’est alors vite posée. Mais cette marche passionnante est parfois semée d’embûches et de remises en questions. Pas facile de tout garder pour soi et pas facile non plus de trouver une personne de confiance à qui se confier. À 21 ans, je ressens véritablement ce besoin d’avoir un mentor. Un mentor qui souhaite transmettre ce que Dieu lui a appris tout au long de sa vie. Une personne qui prie pour moi. Une personne sensible à la voix de Dieu, qui est à même de me conseiller, de m’encourager mais également de me reprendre. Comment trouver une mentor ? Anaïs

Bien chère Anaïs,

Nous nous connaissons par les réseaux sociaux. J’ai été interpellé par ton fardeau pour ceux qui ne connaissent pas encore Jésus, pour ta joie de partager l’Évangile et par ta transparence et ta volonté de ressembler à Christ. J’ai une grande sympathie pour des jeunes comme toi. Je les trouve précieux pour l’Église de demain… et je les kiffe ( !)  comme vous dites ! Vraiment merci, pour ta question. Avant de répondre, je voudrais éclairer plusieurs aspects qui vont aider à cerner ta question. 

Le mentorat VS culture

Il y a plusieurs obstacles culturels à la pratique du mentorat. Dans certains milieux ecclésiaux, le concept n’est pas du tout connu. Donc accueilli avec réserves. Que ce sujet ne soit pas enseigné dans certaines écoles bibliques ou instituts, est lui aussi révélateur de la frilosité. J’ai depuis plusieurs années un mentoré qui m’avait entendu traiter la question lors d’une pastorale. Après avoir cherché en vain un mentor durant deux ans est revenu vers moi : – Alain j’ai mis en application tes conseils, malheureusement je n’ai pas trouvé de mentor au sein de mon Union d’églises qu’est-ce que je fais ? Donc ne sois ni surprise ni découragée s’il est difficile d’aborder la question dans ton environnement. 

L’obstacle générationnel

Beaucoup de leaders spirituels ont été formé sur les plans académiques et théologiques, mais n’ont pas eu le privilège d’être accompagnés, soutenus, encouragés. Ils ont fait face seuls aux difficultés du ministère. Du coup ils ont perdu de vu ce que Paul avait si bien illustré dans son ministère : discerner les jeunes que Dieu appelle et les accompagner… pour qu’eux à leur tour deviennent des transmetteurs.

Ce que tu as entendu de moi en présence de nombreux témoins, confie-le à des personnes fidèles qui soient capables de l’enseigner aussi à d’autres.

2 Tim 2 : 2

Cette génération, qui n’a pas bénéficier de modèles qui se seraient investis dans leur vie ne peuvent pas lancer cette invitation à des jeunes :

Soyez tous mes imitateurs, frères et sœurs, et portez les regards sur ceux qui se conduisent suivant le modèle que vous avez en nous.

Phil 3 :17

Quand des jeunes les abordent en cherchant un mentor, ils sont effarouchés par cette demande. On ne peut leur en vouloir.

La question du ministère féminin

Tu sais comme moi qu’il n’y a pas unanimité sur la question du ministère féminin dans les milieux évangéliques. Une des questions de fond, qu’on me pose souvent, est : est-ce que chaque chrétien a besoin d’avoir un mentor ? Ma réponse est non. Nous sommes tous formés à la ressemblance de Christ par des relations spirituelles. L’église, la communion fraternelle, l’accompagnement pastoral sont nécessaires et suffisants pour chaque croyant. Le mentorat répond aux besoins plus spécifiques de ceux qui ont un appel ou ceux qui exercent un leadership spirituel.  Donc forcément, une jeune femme qui souhaite avoir un mentor rencontrera peut-être des difficultés, dans certains milieux. Je voudrais t’encourager Anaïs, même si tu n’es pas totalement comprise, continue de manifester ton amour pour Christ, ta joie de partager ce que tu vis avec lui, et de communiquer l’Évangile autour de toi. Le Seigneur t’apprécie, et ton zèle sera reconnu.

Ta génération aspire au mentorat

Voici des extraits d’une déclaration de jeunes leaders spirituels dans le cadre du Mouvement de Lausanne.

En tant que prochaine vague de leaders nord-américains en devenir, nous avons soif de mentorat de la part de leaders qui nous ont précédés, ainsi que d’amitiés et de compagnons de travail engagés dans nos vies et notre travail. Nombreux sont ceux qui, dans notre génération, se sentent tragiquement isolés dans leur rôle de dirigeant. Nous avons reçu une formation incroyable et sommes bien équipés, en termes pratiques, pour les tâches qui nous attendent. Cependant, les périodes d’instruction, d’acquisition de compétences ministérielles et de possibilités d’exercer une influence ne sont pas les moments les plus significatifs de notre développement en tant que dirigeants. Au contraire, nous avons été plus marqués lorsque des hommes ou des femmes, plus avancés sur le chemin, sont venus à nos côtés pour nous écouter et nous offrir leur sagesse et leurs conseils réfléchis. Lorsque quelqu’un s’intéresse davantage à ce que nous sommes plutôt qu’à ce que nous faisons, nous commençons à nous épanouir, à la fois en tant que disciples et ambassadeurs du Christ. […] Nous avons besoin de mentors et de pairs avec lesquels nous pouvons être vulnérables et honnêtes. En tant que leaders chrétiens émergents de l’Église en Amérique du Nord, nous voulons que vous sachiez que nous avons besoin de vous. Vous avez beaucoup à nous offrir, et sans vos conseils, votre partenariat et votre investissement, nous passerons à côté de tout ce dont nous avons besoin. […] Nous avons besoin de sagesse pour répondre à Dieu dans nos propres vies et dans les ministères qui nous sont confiés. Nous savons que la passion et le don ne suffisent pas ; nous ne pouvons pas y arriver seuls. De même, nous espérons marcher avec ceux de la génération qui suivra la nôtre.

Appel du Réseau des jeunes leaders nord-américains du Movement de Lausanne, Madison, WI, en juillet 2012

Qu’attend-elle ?

Voici ce qu’expriment ces jeunes leaders :

Nous vous demandons d’envisager de développer intentionnellement des relations profondes avec cette nouvelle génération de dirigeants.

  • Écoutez-nous
  • Priez avec nous
  • Marchez avec nous
  • Partagez avec nous
  • Rêvez avec nous

Pourriez-vous identifier et rassembler un groupe de ces jeunes leaders et vous engager régulièrement à les encourager, les soutenir et les accompagner ? L’avenir de l’Église et son impact sur le monde dépendent de ces relations personnelles et engagées entre votre génération et la nôtre, et la nôtre avec la suivante. Pour l’amour du Christ.

Ibid

Alors comment faire ?

Tu as relevé ce qu’ont formulé ces jeunes leaders ? Écoutez-nous… Priez avec nous… Marchez avec nous…Partagez avec nous…Rêvez avec nous… Ta démarche pour trouver ta mentor peut s’inspirer cette attente :

  • Identifie une femme de Dieu en qui tu verrais un modèle.  Par sa piété, ce qu’elle reflète de Jésus, son esprit de service, sa douceur, sa consécration…Bref une femme à qui tu aurais envie de ressembler.
  • Parle avec elle, échange, demande lui si tu peux lui confier quelques sujets de prière. Vois si elle mord à l’hameçon, s’il elle demande de tes nouvelles, si elle se souviens de tes sujets.
  • Demande lui un conseil, Si tu sens qu’elle accroche, sur un sujet ou un autre.
  • Sois attentive à sa manière de t’écouter, et si elle cherche à écouter Dieu plutôt que de donner des réponses toutes faites. Tu verras ainsi si p
  • Invite la à te raconter son témoignage, ses expérience avec Dieu. Si tu sens que cela fonctionne entre vous, demande lui si tu peux lui partager tes rêves….
  • Offre lui – c’est une suggestion – le livre « Multiplier les leaders… » qui explique ce qu’est le mentorat, demande lui de le lire et vous en parlez toutes les deux ensuite. 
  • Interroge la pour savoir ce qu’elle pense du mentorat… et demande si elle veut bien devenir ta mentor.
  • Rassure la, dis lui exactement ce que tu attends d’elle : «  Des relations sûres, avec une personnes sûre pour des conversation sûres… » et indique lui la forme et la fréquence de vos contact, etc. Les choses définies sont plus facilement envisageables. 

Conclusion

Fais un sujet de prière de la recherche de ton mentor. C’est Dieu qui doit présider à cette rencontre. Le mentorat c’est aussi une histoire d’amitié C’est tout sauf un cadre rigide, de formateur à formé, de maître à élève, de « femme de pasteur » à membre d’église…. Quand les relations sont vues comme positionnelles ! Tiens mois au courant, j’aimerais bien apprendre que tu as trouvé une mentor !

Que le Seigneur bénisse ta recherche et t’accorde la joie d’être accompagnée.

Alain

PS. Une précision :  est-ce que ton mentor doit être une femme ? Oui de préférence si possible. Même s’il peut y avoir des exceptions… Cette amitié profonde qui naitra avec ta mentor va vous conduire dans une certaine intimité. Et tu as besoin d’un modèle féminin, plus que masculin… 

Précédent

Suivant