Les fonctions mentorales : l’exemple de Jésus

V 2.0 d’un article paru en 2019

Pour une meilleure compréhension je vous invite à lire : Les fonctions mentorales : approche séculière.

… donc les pédagogues séculiers définissent deux types de fonctions mentorales. Jésus était, bien entendu précurseur, comme l’accompagnement de ses disciples le révèle.

Les fonctions « professionnelles » ou du ministère

Fonctions professionnelles
ou du ministère  
  Références bibliques  
Exposition et visibilité :  Jean 4.1-2  
Permettre aux principaux décid- eurs de reconnaître et apprécier les compétences, capacités et talents spécifiques des disciples.Très tôt dans son ministère, Jésus a 
exposé ses disciples aux Pharisiens et leur a donné une visibilité en leur donnant de baptiser plus que 
Jean-Baptiste.
 Accompagnement :  Marc 6.7-13
Partager des idées, donner 
des retours, proposer des 
stratégies afin d’atteindre les 
objectifs du ministère. 
 Quand Jésus a envoyé ses disciples en mission deux par deux, Il leur a donné des stratégies particulières pour réussir leur ministère.
Parrainage :    Jean 15.16 
Soutenir, défendre et être 
attentif aux disciples.
Jésus a choisi ses disciples afin qu’
ils aillent et portent du fruit. Ils obtenaient tout ce qu’ils demandaient au Père en son nom.  
 Protection : Matthieu 12.1-8 
Minimiser les facteurs 
d’implication dans des 
situations controversées et réduire les risques inutiles.
Quand les Pharisiens ont accusé les 
disciples de ne pas respecter le 
sabbat, Jésus les a défendus.
 Lancer des défis : Jean 6
Créer ou donner des missions
difficiles et stimulantes.  
Jésus a testé la foi de ses disciples 
en les mettant dans des situations 
impossibles : nourrir 15 000 personnes sans aucune ressource, traverser le lac pendant une tempête… 
Les fonctions professionnelles

L’accompagnement de Jésus était précis, intentionnel, complet. C’est évidemment un excellent modèle pour développer une relation mentorale.

Offrir exposition, visibilité et protection ?

Cela implique que vous offriez à votre protégé de participer à votre ministère. De l’exercer à vos côtés – même si vous commencez par des expériences limitées. Qu’il rencontre les leaders que vous fréquentez  et qu’il ai accès à votre intimité, à vos combats, à vos moments de doute. Donc que vous vous effaciez pour lui faire de place. C’est une petite mort pour un responsable. Et certains sont tellement accrochés à leur statut, leur position, que malheureusement personne ne se développera à leur ombre.  

Illustration J’étais invité pour un week-end de jeunes d’une Union d’églises, avec l’un de mes protégé. J’ai poussé pour que ce soit lui qui soit exposé. Les organisateurs se sont excusés, gênés  que mon mentoré ait un nombre supérieur d’interventions que moi !

Avez-vous assuré la protection de celui/ceux que vous accompagnez ? 

Illustration. J’avais remarqué qu’une œuvre nationale s’intéressait de très près à l’un de mes protégé. J’avais compris que l’intérêt qu’elle lui portait était ambigu. Plus préoccupée la valeur ajoutée que mon protégé représentait pour elle, que de son développement personnel au service du Seigneur. Je l’ai averti : « Ce n’est pas toi que cette œuvre veut : mais ce que tu peux lui apporter ! » Mon protégé à toujours cité cet exemple comme un exemple de protection pour lequel il était reconnaissant.   

Les fonctions psychosociales 

Fonctions psychosociales Références bibliques  
Être un modèle :  Mat 4.19  
Les actes et comportements doivent 
être exemplaires. Une personne modèle manifeste des attitudes, valeurs et comportements que les autres cherchent à reproduire.
 Jésus a appelé ses disciples à le
suivre pour qu’il fasse d’eux 
des pécheurs d’hommes. Par sa 
vie exemplaire, Jésus leur a 
montré ce qu’il attendait d’eux.
 Conseiller :   Jean 11  
Écouter et aborder les 
problèmes  personnels et du ministère, les soucis et les peurs que pourrait avoir le disciple ; donner des cons- eils, témoigner de l’intérêt et de l’empathie.
Jésus a écouté les plaintes de Marie et Marthe sans les juger. Il les a aiguillées pour comprendre la situation. Il a pleuré et a ressuscité Lazare.
Acceptation et confirmation :Jean 21.15  
Avoir un regard positif sur quelqu’un et lui faire confiance.Malgré sa trahison, Jésus a 
restauré Pierre devant ses pairs : «Nourris mes brebis».
 Amitié :  Jean 15.15  
Interactions informelles au travail, 
volonté d’aborder des sujets variés.
Jésus a appelé ses disciples ses 
amis en partageant avec eux tout ce que le Père lui avait révélé.
Les fonctions psychosociales

Être un modèle, lancer des défis, acceptation, confirmation…

Le mentor doit être un modèle ? Il ne doit pas être parfait. Au contraire il doit se montrer vulnérable, à l’image de Jésus. Cependant il doit être un exemple d’incarnation d’une vie à l’image du Seigneur.

Lancer des défis n’est pas si simple ! Votre protégé ferra-t-il aussi bien que vous ? S’il rencontre des difficultés allez-vous perdre votre réputation, crédibilité ? Êtes-vous prêt à ce que votre protégé soit invité à votre place ? 

IllustrationJ’ai été invité à prêcher dans une église dont le pasteur souhaitait « exposer son église aux meilleurs prédicateurs français ! » Rien que ça ! Je n’étais pas disponible. Mais j’ai eu très envie d’envoyer à ma place l’un de mes jeune protégé. Non sans appréhension, compte tenu des attentes formulées. Quelques semaines plus tard, le pasteur me demandait si je n’avais pas d’autres jeunes à lui recommander ! Au final mes protégés ont été réinvités… Moi jamais ! Je les avais exposés et leur avait donné de la visibilité. Je leur avait lancé un défi. Ainsi dans une relation mentorale le défi est aussi pour le mentor !

Acceptation confirmation : Cette fonction est très importante pour le protégé. Que son mentor lui rappelle son appel, ses dons, se capacités… afin de le soutenir dans son ministère est essentiel. Paul remplit cette fonction de façon très appuyée à l’égard de Timothée : 

C’est pourquoi, je te le rappelle, ranime la flamme du don de Dieu que tu as reçu lorsque j’ai posé mes mains sur toi.  En effet, ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse. N’aie donc pas honte du témoignage à rendre à notre Seigneur.

2 Tim 6 : 8.

Amitié : fonction essentielle. Le mentorat spirituel est fondé sur l’amitié. Nous reviendrons plus largement sur ce point.

Vous aurez relevé une correspondance pédagogique entre le mentorat et la manière pour Jésus d’accompagner et de former ses disciples. C’est ce qui explique pourquoi le mentorat est, selon notre thèse, la voie pour développer un leadership biblique, et multiplier des leaders dans l’Église. Et ainsi réparer une nouvelle génération.

Précédent

Suivant