La redevabilité ou l’encouragement entre pairs

La redevabilité : source d’encouragement

À l’instar de la discipline, la redevabilité est une de ces qualités que nous savons nécessaires mais auxquelles très peu d’entre nous aspirent. D’une part, rares sont ceux qui savent comment l’exercer efficacement. D’autre part, ce terme souffre d’une connotation négative : être redevable reviendrait à répondre de ses négligences, de ses échecs ou de son incapacité à se montrer à la hauteur dans certains domaines. Il ne s’agit cependant pas d’énumérer ses faillites face à un ensemble d’idéaux culturels, mais plutôt de placer la redevabilité dans le contexte de l’encouragement. 

La redevabilité est une de ces qualités que nous savons nécessaires mais auxquelles très peu d’entre nous aspirent.

Pratique en groupe

Plusieurs petits groupes d’hommes sont parvenus au bon équilibre entre encouragement et redevabilité responsable.
Chaque participant explique ce qu’il voudrait être dans la vie, son mariage, sa famille, son ministère et ses rêves. Il trace a grands traits le portrait de l’homme de Dieu qu’il souhaite devenir et évoque les obstacles éventuels qui s’y opposent. Les membres du groupe s’‘engagent ensuite à prier pour lui, a l’encourager et à le soutenir pour qu’il puisse atteindre l’objectif énoncé. Les participants reçoivent fréquemment un verset ou une prière pour la journée, par téléphone ou par-email.
À la réunion suivante, chaque homme raconte comment est parvenu à atteindre son but cette semaine là ou, le cas échéant, quels échecs il a connus. Dans un programme hebdomadaire chargé, cette approche axée sur un objectif, cet environnement propice la croissance et ces encouragements sérieux sont les bienvenus. Ils permettent également de saisir le sens d’une redevabilité efficace. Cette structure peut servir de base au mentorat entre pairs. Elle peut aussi s’adapter dans le cas du mentorat individuel (voir les modéles de mentorat aux chapitres 5 et 13).

Cette approche par objectifs peut bénéficier d’une “grille de résultats”.Les questions qui la composent sont les suivantes :

  1. Quel est votre objectif ou l’état recherché ? Que souhaitez-vous ?
  2. Quand, où et avec qui souhaitez-vous l’atteindre ?
  3. Comment saurez-vous que vous l’avez atteint ?
  4. Dans quelle mesure votre vie sera-t-elle différente lorsque vous l’aurez atteint ?
  5. Qu’est-ce qui vous empêche de l’obtenir ? De quoi avez- vous besoin pour l’atteindre ?

Ces question  facilitent le processus de mentorat. Premièrement elles maintiennent le cap sur le futur en fixant une direction claire à suivre. Deuxièmement, elles constituent un outil de réorientation pour éviter de retomber sans cesse dans un schéma de résolution des problèmes. Enfin, elles jouent le rôle d’indicateur en permettant de mesurer la croissance et le développement de la personne.

L’iceberg de la responsabilité

Lorsqu’il s’attaque aux questions de responsabilité, Patrick Morley utilise  « l’iceberg de la responsabilité »pour distinguer le moi « visible» (la partie émergée) du moi « réel » (la partie immergée).

Votre moi « visible»Actualités,
sport,
la pluie et le beau temps
Votre moi « réel »Examen non réalisé de votre vie
Pensées secrètes
Objectifs, priorités, buts,
Ambitions, motivations
Relations
Le Seigneur
Vie de famille
Utilisation du temps et de l’argent
Comportement moral et éthique
Orgueil, peur, colère
Problèmes, souffrance,
Découragement.

Ce tableau montre clairement ce que, en règle générale, les hommes révèlent au monde et ce qu’ils dissimulent. Une relation de mentorat doit pouvoir explorer tous les problèmes cachés.

Dans L’homme dans le miroir, Patrick Morley dresse la liste des domaines essentiels où nous devons tousexercer notre redevabilité :

  1. relation avec Dieu,
  2. relation avec [nom du conjoint],
  3. relation avec les enfants,
  4. utilisation du temps et de l’argent,
  5. comportement moral et éthique,
  6. domaines de difficultés personnelles.

Dans Reconstruire après la chute, Gordon MacDonald énumère vingt-six questions que toute personne suivie par un mentor doit s’entendre poser régulièrement. Ces questions recouvrent les domaines de sa redevabilité. Vous trouverez ces questions en fin d’article

Dans la relation de mentorat, il est important, bien qu’effrayant, d’examiner sans détour les aspects jusque-là cachés de la vie privée. Il est alors possible de parvenir à la guérison personnelle et à la conformité à l’image de Christ.

Voici les questions que vous devriez permettre qu’on vous pose

  1. Où en êtes-vous en ce moment avec Dieu ?
  2. Qu’avez-vous lu dans la Bible la semaine passée ?
  3. Que vous a dit Dieu à travers ce(s) texte(s) ?
  4. En quoi résistez-vous à Dieu actuellement ?
  5. Pour quels sujets spécifiques concernant d’autres personnes priez-vous en ce moment ?
  6. Pour quels sujets spécifiques vous concernant priez- vous en ce moment ?
  7. À quelles tâches spécifiques, que vous estimez inachevées, devez-vous faire face ?
  8. Actuellement, quelles habitudes vous effraient ?
  9. Qu’avez-vous lu dans la presse laïque cette semaine ?
  10. À quel genre de lecture vous adonnez-vous ?
  11. Qu’avez-vous fait pour vous amuser cette semaine ?
  12. Comment sont vos relations avec votre conjoint? Avec vos enfants ?
  13. Si j’interrogeais votre conjoint sur votre état d’esprit, votre santé spirituelle, etc., que dirait-il ?
  14. Avez-vous ressenti cette semaine des attaques spirituelles de la part de l’ennemi ? Aujourd’hui ?
  15. Si Satan devait essayer de vous discréditer en tant que serviteur de Dieu, dans quels domaines ou comment vous attaquerait-il ?
  16. Quel est l’état de votre vie sexuelle (tentations, fantasmes, etc.)  ?
  17. Où en êtes-vous financièrement ? (Avez-vous le contrôle de la situation? Avez-vous des dettes ? Etc.)
  18. Y a-t-il en ce moment des problèmes non résolus (parents malades, stress, disputes) dans votre cercle relationnel (famille, amis, personnes parmi lesquelles vous êtes censé vous sentir en sécurité) ?
  19. Quand, pour la dernière fois, avez-vous passé du temps avec un ami du même sexe ?
  20. La semaine dernière, dans quelles circonstances avez-vous passé du temps avec des non-chrétiens ?
  21. Quelles difficultés pensez-vous rencontrer durant le mois à venir ?
  22. Quelles sont actuellement vos craintes : laisser tomber la famille, être trahi par votre corps etc. ?
  23. Dormez-vous bien ?
  24. Quelles sont les trois choses pour lesquelles vous êtes le plus reconnaissant ?
  25. Êtes-vous content de ce que vous êtes à ce stade de votre cheminement ?
  26. Qu’est-ce qui vous perturbe le plus dans votre relation avec Dieu ?
Couvrture Multiplier les leaders

Extrait du livre “Multiplier les leaders” de Martin Sanders et Alain Stamp, pages 60 à 63 avec l’aimable autorisation de BLF-ED.

Précédent

Suivant